水彩画作为一个舶来画种

水彩画作为一个舶来画种,les courbes de la table ainsi que du vase tripode et des fruits qui y

颜色画是八个极富魔力的画种,作者从16岁起与之组成,日日夜夜,已迈过近二十年,仍此情不改。作者迷醉于它水色融合的美感和浮动莫测的表现力,如舍此便丧失了它看成单身画种的留存价值,但若只求水色效果,囿于轻描淡写的藩篱,也相似于水彩画的自笔者消亡,水彩则永世只可以甘于绘画界末流的身价。因而,小编一贯在计划突破平时水彩画的作文方式,致力创作出既有显明的颜料特色,又有充足的点染表现力,还具有较深的酌量内涵和意境的水彩画,力争能与别的画种抗衡正印,并且还要举手之劳,藏住汗水。

Marie Laureillard

www.402.com ,水彩画作为一个舶来画种。自家信奉王伯隅所言:能写真景物、真心思者,谓之有境界,不然谓之无境界。作为贰个从小生长在偏僻乡野的美学家,我延续怀着对自然和赤子的心爱,用尽了全力地去感悟自然,体味惠农,并尽力朴素无华地去发挥自身的专心一志,以追求真、善、美的艺术境界。

Universit Lumire-Lyon 2

水彩画作为四个舶来画种,必需稳步以中华文化的动感去落到实处其换骨夺胎的再生,在中西融合的经过中开创有中中原人民共和国特色的颜色画连串。只宛如此,中华夏族民共和国水彩才具称雄于世界水彩绘画界!

Institut dAsie Orientale

黄铁山

Quand on couvre une surface avec des couleurs, il faut pouvoir
renouveler indfiniment son jeu, trouver sans cesse de nouvelles
combinaisons de formes et de couleurs qui rpondent aux exigences de
lmotion. [1], crivait Pierre Bonnard. Cette dclaration sapplique
pleinement aux uvres de Yang Ermin, qui cherche renouveler dune manire
personnelle la peinture lencre chinoise par la richesse expressive de la
couleur. Chez lui, comme chez Bonnard, lexaltation des couleurs semble
davantage guide par les tats dme que par un souci de mimtisme.

Laquarelle est une peinture dote dun fort pouvoir de sduction laquelle
je suis destin depuis lge de quinze ans, de laube au crpuscule je my
suis inconditionnellement consacr soixante annes. Je suis fascin par
lesthtique des coloris harmoniss et la force dexpression aux insondables
transformations sans lesquelles se perd la valeur dexistence de cette
peinture singulire, cependant une simple qute des effets produits par
eaux et couleurs circonscrite dans lenclos dune description aux tracs
ples se rsume la mutilation de cet art alors vou une place secondaire au
sein des horizons picturaux. Cest la raison pour laquelle je tente de
rompre avec les modles ordinaires de la ralisation en aquarelle,
memployant une composition empreinte la fois dun travail des pigments et
dune riche force dexpression dans une profondeur de la pense et une
rvlation des territoires de lintentionnalit cratrice.

N Quyang au Hebei, diplm de lInstitut dart de Nankin, Yang Ermin a
parfait sa formation au Japon, qui lui a sans doute donn le got dune
peinture tendance dcorative. Spcialiste de la peinture chinoise
traditionnelle, cet artiste rudit, titulaire dun doctorat desthtique,
devenu entre-temps directeur de lInstitut de la nouvelle peinture lencre
et laquarelle de lUniversit des arts de Nankin, tmoigne galement travers
son uvre dune solide connaissance de la peinture lhuile, en particulier
de limpressionnisme, du post-impressionnisme et du fauvisme. A la
diffrence de Bonnard, cependant, il nemploie pas les couleurs clatantes,
brillantes et denses de la peinture lhuile, mais les pigments de la
peinture chinoise, proches de laquarelle, plus transparents, plus mats,
plus lgers. Absorbes par le papier xuan, ces couleurs crent une
atmosphre trs diffrente, lgrement vaporeuse. Comme le dclare Zhai Mo, il
parvient ainsi renforcer la peinture chinoise sous linfluence
occidentale et adoucir la couleur occidentale au moyen de lencre
chinoise.

Jhonore les paroles de Wang Guowei : Pouvoir transcrire la scne relle
dans une ralit de la sensation cest atteindre aux territoires de la
composition ultime, sinon cest y manquer. En tant que peintre ayant
grandi en des contres montagneuses je nourris une passion sincre envers
la nature et le peuple, jaspire de toute ma personne une communion avec
la nature, un ressenti de la vie du peuple pour exprimer dans une
simplicit dnude un sentiment authentique du rel et rechercher les
territoires artistiques du vrai, du bien, du beau.

Par cette qute de renouveau, Yang Ermin sinscrit dans la ligne dun Lin
Fengmian, qui, aprs avoir tudi en France de 1918 1925, sut oprer en son
temps une harmonieuse synthse entre traditions picturales chinoise et
europenne. Il innove son tour en mettant laccent sur la couleur, mais
avec une palette plus sobre, aux tonalits moins vives, manifestant une
prdilection pour les sujets intimistes, les scnes dintrieur et les
natures mortes. Car ce qui frappe surtout chez lui, cest la manire dont
il parvient transfigurer le quotidien.

Laquarelle, esquif en vogue de la peinture, se doit progressivement
travers lesprit de la culture chinoise de parvenir une renaissance par
mtamorphose, et tablir au cours dun processus dharmonisation entre la
Chine et lOccident un systme aux spcificits chinoises. Cest seulement
ainsi que laquarelle chinoise pourra tmoigner de puissance parmi les
arts mondiaux de laquarelle.

De ce quotidien sublim mane une intense posie, quil sagisse de natures
mortes ou de paysages. Ds 1992, lartiste puise son inspiration dans des
scnes domestiques, quil parsme de fleurs et de fruits : un bouquet de
chrysanthmes blancs ou de tournesols, quelques pommes ou pches, un
panier dazeroles, une touffe de feuillages rouges, une gerbe damarantes,
une branche de glycine le captivent.

Alors que nombre dartistes chinois contemporains abordent des questions
majeures, souvent douloureuses, la peinture de Yang Ermin semble apaise,
sereine, sans aucun signe dagitation, de dsespoir ou de folie, comme le
souligne Shui Tianzhong. Cette retenue, cette matrise de soi rappellent
ltat desprit auquel aspiraient les lettrs de lancien temps, leur qute
dharmonie avec le monde. On pourrait mme trouver certains accents
taostes dans la posie de Yang Ermin, qui conjugue les talents du pote
ceux du peintre. Un bref pome, intitul Le got de la libert (自由的滋味)
(二零一零) se compose ainsi de trois vers qui rappellent la spontanit et
ladquation des actes la marche du monde prnes par Zhuangzi, car cest en
pousant les mouvements de leau que le dauphin parvient une parfaite
libert, tel le sage se conformant lordre des choses :

Quil est agrable dtre un dauphin

Libre et insouciant

Qui peut nager les yeux ferms

Fruits et rcipient (果物与器皿) (86 x 70 cm, 1996), tableau conserv au
Muse dart national de Chine, rvle une science acheve de la composition
et des couleurs. Les lattes du volet, le cadre de la fentre, les plis de
la nappe forment des lignes droites crant un rythme que viennent rompre
les courbes de la table ainsi que du vase tripode et des fruits qui y
sont poss. Yang Ermin, sans renoncer aux contours lencre noire, marie
harmonieusement les couleurs chaudes et froides : les touches bleues et
oranges se mlent sur les mmes objets, confrant un volume au vase, une
valeur dcorative au volet, un aspect velout aux fruits. On voit ici avec
quelle libert Yang traite les couleurs. Cette fantaisie se retrouve dans
ses pomes, que le pote Yang Lian qualifie de chromatiques (色彩词).
Ainsi, dans La brume se lve (起雾了) (2013) apparat un corbeau rouge :

Dans lhiver noir

Le corbeau rouge du haut de la cime neigeuse se penche

Dune patte il tapote lpaule de son gelier

Nous reviendrons plus loin sur la dimension coloriste de la posie de
Yang Ermin. La patiente tude des fruits et de leurs riches coloris se
retrouve dans une uvre comme Ciel silencieux (寂静的天) (70 x 68 cm,
1998), o la simplicit dun dcor la Matisse, rduit quelques plans colors
juxtaposs, fait ressortir toutes les nuances des fruits et des fleurs.
Le bouquet, la jointure des diffrents plans, ainsi que les fruits
ponctuant la 华为平板 noire de la table, retiennent lattention par la
varit de leurs couleurs. Dans Mi-automne (女儿节) (82 x 77 cm, 一九九四), les
fleurs de tournesol au model dlicat, plonges dans un vase blanc trait en
aplat, se dtachent sans souci de perspective sur un fond de carrelage
orang. L encore, laccent est mis sur la magnificence des fleurs.

On ne peut sempcher de songer la passion que leur portait Monet, auquel
Yang Ermin se rfre dailleurs explicitement dans une uvre intitule
Paysage cr daprs Monet (以莫奈文章为底本的景象) (77 x 83 cm, 1994). Mais
contrairement ce dernier, Yang ne cherche pas dissoudre les lments dans
la couleur et la lumire. Sil sait galement jouer harmonieusement des
complmentaires, chaque fleur, chaque herbe reste distincte ; le treillis
du mur, les dalles du sentier, les grillages sont dtaills, montrant
combien lartiste est attach la ligne de pinceau chre aux peintres
chinois traditionnels.

Dans Fleurs de printemps et fruits dautomne (开花结果) (136 x 97 cm,
2006), Yang Ermin prouve encore une fois sa matrise des effets dcoratifs
par une composition japonisante juxtaposant des plans colors aux valeurs
contrastes. Au premier plan se dploie une table blanche strie de lignes
parallles, sur laquelle est pose un panier rempli de petits fruits
rouges ressemblant des azeroles et un vase lanc do jaillissent quelques
fleurs roses. Les deux objets projettent leurs ombres sur la table
claire, auxquelles fait cho le sol sombre. La partie suprieure de limage
se divise en deux plans verticaux : lun, marron, suggrant la texture du
bois par ses lignes parallles, lautre blanchtre parsem de taches roses
pouvant figurer lembrasure dune fentre. Si le panier rempli de fruits
rouges fait songer certaines uvres de Qi Baishi par le contraste des
couleurs vives et de lencre noire, le trac pur volontairement maladroit
du vase pourrait renvoyer un got propre lesthtique chinoise et japonaise
pour limperfection et lirrgularit. Yang Ermin nhsite pas adopter une
perspective multiple, tantt linaire, tantt crase, distordue, selon les
besoins de la composition.

Dans Souvenir rose (玫瑰色的记得) (90 x 86 cm, 二零零七), on retrouve une
mme simplification des volumes et une composition pareillement structure
par de larges aplats de couleur, des verticales et des horizontales, une
alternance de ronds et de rectangles et le dialogue harmonieux des
coloris qui atteignent leur paroxysme, leur maximum dintensit avec le
rouge sombre des fruits vers lequel est automatiquement attir le regard.
Ces multiples reprsentations de fleurs et de fruits suggrent une douceur
de vivre, un certain hdonisme.

On notera la prsence rcurrente de fentres, objet lyrique par excellence
marquant une transition entre le dedans et le dehors, entre lici et
lailleurs, entre lintimit et lextriorit. La fentre, qui favorise
limagination et la rverie, peut ouvrir sur un espace indistinct, sur un
ciel parcouru de quelques nuages, ou sur un jardin. Elle peut aussi
simplement jouer un rle structurant dans la composition. Dans Feuilles
rouges (红叶) (69 x 68 cm, 2001), elle ne laisse rien voir du dehors, se
contentant dapporter un cadre fait de lignes verticales et de diagonales
qui vient mettre en valeur llment essentiel : le bouquet de feuillage
rouge sombre, volontairement dcentr, auquel rpondent quelques fruits de
mme teinte et auquel sopposent deux triangles de lumire, lun bleu clair,
lautre blanc, sinscrivant dans lencadrement de la fentre.

Dans Amarantes crtes de coq la fentre (窗前的鸡角根) (68 x 68 cm, 一九九六),
les inflorescences compactes rose tendre, tales en ventail, se dcoupent
devant une fentre ouvrant sur un paysage stylis compos de trois bandes
superposes de couleur verte, bleue et blanche, crant une tension optique
entre les aplats de couleur du fond et le model des fleurs, comme si un
objectif photographique se concentrait sur le premier plan en laissant
le lointain un peu flou. Le cadrage audacieux fait songer une estampe
japonaise.

Une mme exubrance de la vgtation attire lil dans une uvre de grand
format intitule Lieu retir 远方(138 x 150 cm, 2000), o une glycine
blanc-mauve recouvre gnreusement le mur dune maison. Les lignes
serpentines de branches au feuillage vert tendre presque translucide
contrastent avec la rectitude des briques grises et du cadre de la
fentre qui reflte des nuages dans langle infrieur gauche de limage. A la
diffrence dun Ren Bonian, qui dote le motif de la glycine dune certaine
transparence, Yang Ermin suggre par une touche dense lpaisseur, la
plnitude et lclat lumineux des grappes fleuries.

Parfois, la perspective slargit, et cest une pice ou un salon que
lartiste nous donne voir. Intrieur (室内) (66 x 122 cm, 1998) est
constitu dun gros plan en plonge sur un fauteuil ct dun lit dont on ne
voit que lextrmit, tous deux recouverts de tissus chamarrs dont les
motifs gomtriques renvoient ceux du tapis, du mur et du parquet. Au tout
premier plan jaillit une gerbe de branchages vert sombre orne de
quelques petites fleurs blanches, auquel rpond un bouquet rose au second
plan. De ce chatoiement de couleurs, de cette composition asymtrique
jouant sur les diagonales, mane une sensation de quitude, de repos et de
confort qui voque le mot clbre de Matisse :

Ce que je rve, cest un art dquilibre, de puret, de tranquillit, sans
sujet inquitant ou proccupant, qui soit, pour tout travailleur crbral,
pour lhomme daffaires aussi bien que pour lartiste des lettres, par
exemple, un lnifiant, un calmant crbral, quelque chose danalogue un bon
fauteuil qui le dlasse de ses fatigues physiques. [2]

Peintre de la sensation, Yang Ermin campe parfois quelques figures dans
ses intrieurs tranquilles. Ainsi, dans Caf (咖啡店) (125 x 97,5 cm,
1998), une femme se tient debout derrire un bar, lgrement penche, le
menton enfoui dans un foulard noir, les deux mains jointes. De cette
pose pensive, recueillie, se dgage une impression de mlancolie et de
mystre. A quoi songe-t-elle ? Autour de cette figure solitaire,
immobile, au vtement sombre, des motifs gomtriques viennent animer les
surfaces. Les verticales du bar, de la commode, dun tableau accroch au
mur, les courbes des fruits, de deux bouquets, des tabourets du bar
structurent la composition. Le tableau cre une mise en abyme suivant un
procd quaffectionne lartiste. Dans Vacances (假日) 69 x 68 cm, 2004),
une femme debout sur un sol carrel, la tte incline vers lpaule, serre un
gros bouquet dans ses bras. A ct delle, on aperoit des meubles et au
fond, une vaste baie vitre dont on distingue le cadre, ouvrant sur un
paysage bleut : lartiste focalise son attention sur la figure fminine et
les fleurs, laissant volontairement le reste un peu flou.

Ou bien ce sont les paysages entrevus par les fentres qui deviennent le
principal sujet de luvre. Parfois orns darbres en fleurs ou au
feuillages bariol, ils sont transfigurs par lusage de la couleur. Des
glaeuls rouges au model dlicat, la beaut saisissante, se dressent par
exemple sous un ciel bleu-mauve o courent des nuages cerns dun trait
noir stylis, devant une lande jaune-orang dans Ciel bleu (蓝天) (72 x 79
cm, 1999) : limage rappelle certaines estampes japonaises mettant
laccent sur un premier plan floral, ou encore les innombrables tudes
quEmil Nolde consacra son jardin.

Les monts Taihang, qui ont inspir Yang Ermin un long pome lyrique, se
parent des couleurs les plus inattendues : les versants roses, mauves,
pourpres, vert fonc, bleus, ocres, se succdent perte de vue dans une
symphonie envotante. Le traitement des volumes et les coloris pourraient
faire penser certains paysages bleus et verts antrieurs aux Song o se
dressent des formations rocheuses pic au bord de leau, mais les tonalits
rougeoyantes, labsence de nappe de brume et la prsence frquente darbres
en fleurs chez Yang Ermin les en distinguent. La profusion de couleurs
peut galement voquer Ren Xiong et sa Chaumire du lac Fan, bien que ce
soit la vgtation plutt que les pentes montagneuses qui se colore chez ce
dernier.

Parfois, cest un torrent rempli dcume, la palette plus sobre, qui se
dploie devant nos yeux, ou encore un pavillon de la Cit Interdite
rehauss par un arbre en fleurs, un tronon de la Grande muraille laquelle
font cho les lignes sinueuses des collines et des nues, ou, plus
inhabituelles, les tours bigarres de Manhattan se refltant dans leau.